Actualités

Accueil / Actualités / Courtage / Comment s’est porté le crédit consommation en 2021 ?

Comment s’est porté le crédit consommation en 2021 ?

Mise en ligne le 20/01/2022 à 08:47
Comment s’est porté le crédit consommation en 2021 ?

Largement plébiscité par les Français, le crédit consommation n’a malgré tout pas retrouvé son niveau d’avant crise. Malgré tout, les Français, continuent de contracter des crédits consommation pour financer leurs projets quels qu’il soit. Sans nul doute, cette appétence des Français pour le crédit consommation constitue un véritable levier de diversification pour les courtiers en crédit

Tour d’horizon sur le crédit consommation en 2021 

Un troisième trimestre en baisse

Après avoir connu une croissance lors des deux premiers trimestres 2021, le crédit consommation ralentit son rythme au troisième trimestre. En effet, un écart de croissance de 1,4 point a été enregistré entre le deuxième trimestre 2021 et le troisième. Ainsi, la croissance du crédit consommation s’est établie à 2,7% au troisième trimestre contre 4,1% au deuxième. 

Par ailleurs, par rapport au troisième trimestre 2020, c’est une baisse de 4% qui a été enregistrée. Depuis le début de la crise sanitaire, le crédit consommation connait quelques difficultés. L’année 2020 fut marquée par une activité en nette régression avec une baisse de 11,7% en un an par rapport à l’année 2019. Si 2021 marque une progression par rapport à 2020, cela ne suffit pas à pallier la forte baisse causée par la crise de la covid-19. 

Des impacts différents selon le type de crédit consommation

Le crédit à la consommation est un crédit pouvant prendre différentes formes selon les projets et situations des emprunteurs. Crédit renouvelable ou prêt personnel, tous ne sont pas touchés de la même manière par la crise sanitaire. Ainsi, les crédits renouvelables restent assez plébiscités. À l’inverse, les prêts personnels enregistrent une baisse de 0,7% au troisième trimestre 2021 par rapport à 2020

De même, certains types de projets sont plus affectés que d’autres. C’est le cas des voitures neuves qui connaissent une forte baisse. A l’inverse, les LOA ou les financements liés à l’équipement et l’amélioration des foyers continuent leur progression. 

Le crédit conso en France par rapport à la zone euro 

La crise sanitaire ne touchant pas seulement la France, il est intéressant de comparer la situation du crédit consommation en France et dans la zone euro. Ainsi, contrairement à la France, la croissance du crédit consommation semble plus stable avec une augmentation de 0,6% au deuxième trimestre puis de 0,5% au troisième trimestre 2021

En ce qui concerne les taux, les organismes de crédit français appliquent des taux d’intérêt attractifs. Cette attractivité permet aux ménages d’emprunter davantage mais aussi de faire appel à un courtier en crédit pour les aider à trouver le taux le plus intéressant. Ainsi, le taux d’intérêt moyen pour un prêt personnel s’élève à 3,4% en France contre 5,3% dans la zone euro. Pour les autres types de crédits (renouvelables, découverts et divers), le taux d’intérêt moyen s’établit à 4,8% en France et 5,9% dans la zone euro. 

Contrairement au reste de l’Europe, les Français apparaissent comme de forts consommateurs de crédit à la consommation. Selon une étude réalisée par Younited, en France, parmi les emprunteurs interrogés, 84% ont déjà souscrit au moins trois crédits. Cette proportion s’établit à 72% dans les autres pays européens interrogés (Allemagne, Portugal, Italie et Espagne). Plus le nombre de crédits augmente et plus la différence entre la France et ses voisins européens s’accentue. En effet, un Français sur deux interrogé a contracté plus de cinq crédits à la consommation.  En revanche, en Allemagne, cette proportion s’établit à 46% et en Italie à 34%. 

Quel profil emprunteur pour le crédit consommation ? 

L’étude menée par Younited permet de mettre en avant d’autres éléments. Ainsi, il en ressort que selon le montant emprunté, les Français ne se tournent pas vers le même type d’établissement : la banque traditionnelle sera préférée pour les financements de plus de 5 000 euros tandis que les établissements spécialisés seront considérés pour des projets d’environ 3 000 euros. Enfin, l’âge des emprunteurs semble aller de 40 à 60 ans. Ils présentent également une situation stable au niveau professionnel et personnel. Ainsi, le crédit consommation n’apparaît plus comme un moyen de pallier un manque de stabilité ou un faible revenu mais comme un moyen de faciliter ses paiements. 

Livre blanc 4 solutions pour optimiser votre activité
Le crédit consommation, nouvel eldorado des professionnels ?
SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX